La déchéance de nationalité une mesure inefficace et nuisible

Posté par grenoble rene le 30 décembre 2015

 

Le débat actuel  qui occupe  les médias  et amuse le bon peuple  est complètement surréaliste. 85% des Français seraient selon le Figaro  favorables au projet de déchéance de la nationalité.  Il s’agit là d’une réaction  compréhensible suite au traumatisme des attentats du 13 novembre, mais cette réaction est complètement irréfléchie  et  faute d’une vision cohérente, le gouvernement est,  une fois encore, amené à promouvoir dans la précipitation des mesures qu’il vouait  il y a peu de temps encore aux gémonies.

La déchéance de nationalité  est une mesure  à  l’efficacité  quasi nulle pour des effets  pervers  certains :

Une personne fanatisée au point de se faire exploser n’a que faire de perdre une nationalité qu’il méprisait déjà  et , si tant est que cette mesure soit un jour effectivement appliquée, gageons que cela ne concernera  qu’au plus  quelques dizaines de personnes avec un temps de réaction toujours très long par rapport aux événements.  Passons pour l’inefficacité de cette mesure,  ce n’est pas la première fois qu’un gouvernement  sort des réformes  de papier dans le simple souci de montrer qu’il agit. Mais ce qui est bien plus grave, c’est  que cette mesure comporte des effets pervers  presque certains  dans la mesure où elle crée par centaines de milliers voir par millions des citoyens de seconde zone.

Mettons nous dans la peau d’un jeune franco-algérien de 16-20 ans : très vite, il va intégrer, si ce n’est déjà fait, qu’il est un citoyen de seconde zone, puisque son voisin, jeune franco français ne sera pas susceptible lui  d’être touché par cette mesure. Cette mesure  inique et discriminatoire   dans son principe,  va tarauder nos jeunes et leur donner ( un peu plus ) l’impression qu’ils ne sont pas vraiment français,avant même qu’ils s’intéressent de loin ou de près aux mouvements islamistes en cours. De ce fait, notre franco algérien sera rendu un peu plus sensible aux discours malfaisants des salafistes de tout poil qui prêchent à Paris et en province.

Ce que nous impose l’actualité,  ce n’est pas de relancer ces sombres débats sur la déchéance de la nationalité, mais  d’ abroger la double nationalité.

Cette double nationalité  touche aujourd’hui des centaines de milliers de jeunes et interdit qu’ils se construisent comme pleinement français. L’effet pervers de la bi-nationalité est bien dans cette interdiction qu’elle crée pour nos jeunes de se construire intellectuellement comme Français. Mais cet effet pervers du à la bi-nationalité ( qui va être aggravé par la possibilité de la déchéance de nationalité, épée suspendue sur tout binational ) va bien au delà. Dans les faits, il est également scandaleux qu’un binational puisse faire une période militaire dans un autre pays que la France. A bien y regarder, cela est vrai pour Israel, comme pour l’Algérie et tout autant, mais pas plus pour l’ Etat Islamique.

Roland Grenoble  le 30 12 2015

 

Ajout  au 6 janvier 2016

Petit ajout pour relever une confusion fréquemment rencontrée dans les médias :  Il existerait deux catégories de Français : ceux qui sont nés Français, ceux qui ont acquis la nationalité française.  La véritable différence- d’un point de vue juridique s’entend- réside entre les bi-nationaux et les personnes qui n’ont qu’une seule nationalité. Pour s’en convaincre, il faut bien voir, que cette différence perdure à travers les générations, ce qui n’est pas sans effet  négatif sur l’intégration des nouveaux arrivants.

 

 

Publié dans au fil des jours | 1 Commentaire »

Valls-FN : une haine très constructive

Posté par grenoble rene le 8 décembre 2015

L’enjeu du « Front Républicain » se situe en 2017 et la stratégie de Valls est claire et cohérente :

quelques soient les résultats de dimanche prochain, cette stratégie pourrait parfaitement réussir : étouffer LR dans une nouvelle bipolarisation pour/ contre le FN dans laquelle il prendra la posture du seul vrai résistant.

Valls applique ici le « diviser pour régner » de la IV République qui devrait lui permettre de gouverner avec un parti totalisant à peine 20% des voix. Face à cela, LR n’a aucun intérêt à jouer le jeu de Valls et ceci pour plusieurs raisons. LR doit se remettre en cause, s’opposer au FN , certes, mais dans le cadre du débat démocratique et dans un souci de rassemblement de tous les Francais.

- traiter 30 à 40 % des électeurs de salauds ou de cons, est possible lorsque l’on réside dans les beaux quartiers, mais c’est tout de même affirmer une ignorance et un mépris crasses de ce que vivent nos concitoyens.

- traiter 30 à 40% des électeurs de cons, c’est surtout éviter de discuter une politique économique et financière , une politique étrangère et une politique intérieure dont les résultats sont on le sait, catastrophiques.

- Dans ce contexte, traiter le FN de fascisant, apparait de plus en plus comme une manoeuvre d’endoctrinement dans laquelle tout opposant a des tendances fascistes qui s’ignorent…. Qui n’a pas déjà été surpris de se retrouver ainsi au rang des accusés. Cette manoeuvre, digne des méthodes staliniennes, fonctionne encore mais son efficacité décroit. Elle intimide et culpabilise de nombreuses personnes y compris des hommes politiques. Pour ne relever que la dernière injure de Madame Hidalgo, outre bien des contre-vérités historiques, c’est oublier bien des compromissions à gauche, Laval n’a t il pas été élu sur une liste socialiste, de même bien d’autres dont Spinasse , qui, ancien ministre de Blum fut un ardent supporter de Pétain (*) 

- traiter le FN de fascisant, permet surtout d’éviter de traiter les vrais problèmes, mais c’est également passer sous silence les dérives anti-démocratiques bien ancrées au Fdg et chez bon nombre d’écolos.

Face à cela, l’opposition face au FN doit se faire dans le cadre du débat démocratique sur des propositions concrètes et dans un souci de rassemblement des Francais, laisser le thème du rassemblement à Marine est en effet une autre erreur.

* A propos de Spinasse  relire Henri Amouroux page 68 Juin 40 chez Laffont   « Que notre décision soit sans appel : elle engage définitivement  la France. Nous devons rompre, sans espoir de retour, avec le passé. Celui-ci était plein d’illusions et, si les horizons du monde ont paru s’en approcher, ce n’était qu’un mirage. Nous avons cru à la liberté individuelle, à l’indépendance de l’homme. Ce n’était qu’une anticipation sur un avenir qui n’était pas à notre portée. Une nouvelle foi doit naître sur des valeurs nouvelles (…) retrouvons un  orgueil national. La France s’ était abandonnée, il faut qu’elle  se reprenne. » Spinasse, député  socialiste de Corrèze, ami de Léon Blum 6 juillet 1940 » .

Roland Grenoble, le 8 décembre 2015

Publié dans au fil des jours | Pas de Commentaire »

 

Citoyen42 |
Sssssarah |
Jolavalloire2016 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le roselin
| BlogD'unJeune
| Gendarmerie de Seine-Maritime